Présentation de la commune

Administration

La commune de Paslières fait partie de l’arrondissement de Thiers et du canton de Maringues. Elle est membre de la Communauté de communes "Thiers Dore Montagne" qui regroupe près de 40 000 habitants.

Géographie

15 minutes de Thiers25 minutes de Vichy40 minutes de Clermont-Ferrand, et 1 heure de Saint-Etienne, elle est traversée par la route départementale 906 (axe Vichy - Thiers - Le Puy-en-Velay) et se situe à moins de 10 minutes de l’autoroute A89 (Bordeaux - Clermont-Ferrand - Lyon).
Son emplacement au carrefour de ces différents bassins d’emploi et pôles urbains s’est traduit par un net regain démographique depuis les années 1970-1980. Elle compte aujourd’hui 1549 habitants (recensement de 2017), et 30 % de jeunes âgés de moins de 30 ans. Ses habitants (Pasliérois et Pasliéroise) sont répartis sur 64 villages, lieux-dits et écarts pour une superficie de plus de 27 km2.

Patrimoine

A cheval entre la plaine de la Dore (altitude minimale 275 m) et les contreforts des Bois Noirs (Altitude maximale 800 m), la commune de Paslières est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez
Patrimoine religieux : Église Saint-Bonnet, hameau de la Croix Saint-Bonnet, église paroissiale Saint-Bonnet (XIIe - XIIIe siècles, clocher reconstruit au XIXe siècle), tombeau (1836) de Christophe de Chabrol de Crouzol, ministre de la Marine et ministre des Finances sous la Restauration et maire de Paslières. 
Patrimoine civil : Château de Chabanne (début du xixe siècle). Bâti vers 1830 par Christophe de Chabrol de Crouzol qui y mourut en 1836. Le château passa à son second fils, le vicomte Victor, mort en 1867 sans enfant. Le château passa à sa sœur Anne Clémence, Madame Marcellin de Pommereau, morte en 1870. Celle-ci le transmit à son fils Maurice qui, en 1872, transforma l’habitation en lui donnant son aspect actuel. Château du Chastel (deuxième moitié du xixe siècle). C’est sous son regard républicain que se réalisent mariages, élections, réunions du conseil municipal. Il vous est sûrement arrivé de poser un nom sur le visage de notre Marianne. Certains ont cru reconnaître Brigitte Bardot, ou encore Mireille Mathieu, Catherine Deneuve, Sophie Marceau … etc. Eh bien non, il s’agit d’un buste réalisé par le sculpteur Paul Graf en 1913, avec comme modèle, Thérèse Rongère, âgée de 33 ans, épouse du garde champêtre de Châteldon. Vous avez tout loisir de venir l’admirer en salle du conseil.

La légende du Pas du Loup

Au début du premier millénaire, Saint Bonnet, de passage dans notre commune, décida d’y construire une église.
Muni de sa canne et d’un marteau, il s’en vient sur les hauteurs, chercher de la pierre, qu’il trouvé près d’ici, et décida d’y construire son église.
Mais le diable veillait, et sous la forme d’un énorme loup, il vient lui barrer le passage :

Que cherches-tu par ici ? 
De la bonne pierre pour construire mon église.
Pas question, je suis ici chez moi, et je ne veux pas être dérangé par une église.

Croyant avoir à faire à un simple loup, Saint Bonnet le menaça de son marteau.
Le loup se mit à rire et lui dit :

Voici ma patte, je la pose sur cette pierre. Frappe de toutes tes forces : si tu écrases ma patte, si feras ce que tu souhaites, mais si le manche se casse et le marteau s’envole, tu devras construire une croix là où il tombera et s’il roule plus loin, là seulement tu pourras construire ton église.

Ainsi fut fait : le manche se rompit, le marteau s’envola jusqu’à la Croix Saint Bonnet, et roula jusqu’à Paslières, là où est construite notre église depuis le deuxième siècle.
Sur la butte, près de la croix, vous pouvez voir la pierre qui porte la trace de la patte du loup.

A lire aussi

Retrouvez dans les rubriques Commune et Services l’ensemble des équipements et services municipaux et intercommunaux.